Cannabis médicinal et la maladie de Crohn et les maladies inflammatoires intestinales (MII)

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique font parti des maladies inflammatoires intestinales (MII) les plus connues.

La maladie de Crohn se caractérise par une inflammation irrégulière qui peut affecter une partie de l’appareil digestif. Nous pouvons retrouver comme symptôme de cette pathologie:

  • Douleurs abdominales

  • Diarrhées

  • Perte de poids

  • Malaises

  • Cette maladie peut produire également des occlusions intestinales dues à la formation de fistules ou d’abcès secondaires aux processus inflammatoires chroniques dans les parois du système digestif. [1]

La maladie de Crohn est un type de maladie intestinale inflammatoire (EII) qui affecte majoritairement l’extrémité inférieure de l’intestin grêle et l’extremité inférieure du gros intestin. Cependant, elle peut affecter n’importe quelle partie du tube digestif de la bouche à l’extrémité du rectum (anus). La cause exacte de la maladie est inconnue, mais on pense qu’elle pourrait se déclarer à cause d’une combinaison de facteurs bactériens, environnementaux et immunologiques (un dérangement auto-immunitaire).

Concernant la rectocolite hémorragique, elle se caractérise par une inflammation de la muqueuse limitée au côlon. Les symptômes comprennent habituellement des diarrhées sanguinolentes, des douleurs abdominales, ou du ténesme.

Ces deux maladies peuvent augmenter de manière équivalente le risque de cancer du colon.

Les effets des cannabinoïdes: 

- Soulage les mouvements involontaires 

- Diminution des TICS

- Diminution des tremblements

Résumé: ​

L’effet dyskinetic des cannabinoïdes permet une baisse importante en pourcentage des mouvements et tics. Les cannabinoïdes sont neuroprotecteurs et permettent une amélioration substantielle.

L’effet des cannabinoïdes au niveau intestinal

Les effets des cannabinoïdes sur ce type de pathologie sont :

  • Anti-inflammatoire [2]

  • Régulation de la motilité intestinale [3]

  • Analgésique [4]

Bibliographie sur les cannabinoïdes et les maladies inflammatoires intestinales

Le système digestif contient des récepteurs CB1 et CB2 de tout son long [5].

Les proportions de ces récepteurs cannabinoïdes peuvent changer durant l’évolution de diverses pathologies intestinales [6]. De ce fait, plusieurs essais cliniques ont montré que les cannabinoïdes peuvent agir sur le récepteur CB2, en réduisant l’inflammation qui lui est associée. Ainsi, on démontre un potentiel thérapeutique pour des médicaments pour traiter les maladies inflammatoires intestinales [7].

Des essais cliniques ont montré que l’intestin contenait des niveaux élevés de récepteurs de cannabinoïdes (CB1, CBD2), et c’est la raison pour laquelle le THC et le CBD sont utilisés pour le traitement de la maladie, car ils réduisent les symptômes et améliorent les processus métaboliques.

De plus, les patients qui choisissent d’utiliser les cannabinoïdes pour le traitement de la maladie de Crohn, réduisent leur consommation de médicaments traditionnels en raison de l’amélioration des symptômes. D’autres essais cliniques indiquent également une baisse de plus de 40% de l’indice d’activité du syndrome.

Une étude réalisée par Naftali T. et cols [8], a déterminé que les bénéfices observés durant l’usage de cannabis, chez des patients souffrant de la maladie de Crohn, découlaient principalement de ses propriétés anti-inflammatoires. Cependant, les cannabinoïdes pourraient jouer un rôle plus important dans leur l’action sur la motilité gastro-intestinal et leur effet antidiarrhéique observé chez des souris injectées à la toxine du choléra.

Autre point à considérer, la relation avec la sensation de bien-être que pourraient produire les cannabinoïdes grâce à leur action centrale.

L’interaction des cannabinoïdes avec les maladies inflammatoires intestinales

Le système digestif contient des récepteurs CB1 et CB2 de tout son long [5].

Les proportions de ces récepteurs cannabinoïdes peuvent changer durant l’évolution de diverses pathologies intestinales [6]. De ce fait, plusieurs essais cliniques ont montré que les cannabinoïdes peuvent agir sur le récepteur CB2, en réduisant l’inflammation qui lui est associée. Ainsi, on démontre un potentiel thérapeutique pour des médicaments pour traiter les maladies inflammatoires intestinales [7].

Des essais cliniques ont montré que l’intestin contenait des niveaux élevés de récepteurs de cannabinoïdes (CB1, CBD2), et c’est la raison pour laquelle le THC et le CBD sont utilisés pour le traitement de la maladie, car ils réduisent les symptômes et améliorent les processus métaboliques.

De plus, les patients qui choisissent d’utiliser les cannabinoïdes pour le traitement de la maladie de Crohn, réduisent leur consommation de médicaments traditionnels en raison de l’amélioration des symptômes.

 

D’autres essais cliniques indiquent également une baisse de plus de 40% de l’indice d’activité du syndrome.

Une étude réalisée par Naftali T. et cols [8], a déterminé que les bénéfices observés durant l’usage de cannabis, chez des patients souffrant de la maladie de Crohn, découlaient principalement de ses propriétés anti-inflammatoires. Cependant, les cannabinoïdes pourraient jouer un rôle plus important dans leur l’action sur la motilité gastro-intestinal et leur effet antidiarrhéique observé chez des souris injectées à la toxine du choléra.

Autre point à considérer, la relation avec la sensation de bien-être que pourraient produire les cannabinoïdes grâce à leur action centrale.